Les Taxis

[Si tu as lu la partie sur « Dublin », tu trouveras cette partie un peu redondante]

Il suffit de sortir du territoire français pour te rendre compte que nos taxis ne sont franchement pas les meilleurs et que l’ouverture à la concurrence a fait un peu de bien.
Originaire de Paris, prendre un taxi fut définitivement la dernière de mes solutions lorsque je devais me rendre à un endroit. Et l’expérience fut toujours… « douloureuse ». Déjà financièrement…! Les tarifs sont tout simplement disproportionnés… OK, les chauffeurs doivent payer une licence très onéreuse mais les tarifs ne justifient absolument pas les dépenses engendrées… La facture passerait un peu mieux si le chauffeur était au moins un peu agréable et pas aussi aimable qu’une porte de prison. Je ne généralise pas et ne parle que de mon expérience (je n’ai jamais eu un chauffeur agréable), et certains de mes amis ont déjà nuancé mes propos en me décrivant leur expérience positive avec certains chauffeurs (sauf pour la question financière qui était toujours compliquée à digérer).
Mais quand tu vois que tu fais 20 min entre Paris-Orly et chez toi avec un chauffeur qui ne te répond pas, met la station de radio qu’il veut, et que cela te coûte 50€… et 60 min entre un appart’ et un aéroport a New York City avec un chauffeur super agréable qui te pose des questions sur ton voyage, en t’en sortant pour 47$… La différence est un peu trop flagrante quand même.

Comme je le disais, l’ouverture a la concurrence a fait du bien… au début. On a bien vécu l’expérience Uber, et surtout le grand changement dans le comportement et attitude des chauffeurs.
Au début, le chauffeur est bien habillé (pas forcement costume ou tailleur mais il/elle est propre), descend de la voiture, t’ouvre la porte, s’occupe de tes bagages, te demande la station de radio que tu souhaites écouter, te propose des bonbons et de l’eau, vérifie l’itinéraire avec toi, a une conduite souple… Aaaah les bons souvenirs! Ça t’a fait marrer de repenser à tout ça hein?! Avoue! Particulièrement si tu continues à utiliser ce service…
Aujourd’hui, le chauffeur annule si la destination ne lui plait pas, il t’ouvre plus la porte, tu te démerdes avec tes bagages. Tu rentres dans la voiture tu le découvres en jogging, au tel avec un de ses potes. Il confirme juste la destination et part en trombe. Tu n’auras pas ta station de radio, pas de bonbons, pas d’eau. Je caricature un peu, mais on l’a déjà eu ce chauffeur, ou un qui se rapprochait beaucoup de ce profil. Heureusement, on en trouve encore des biens. Mais n’espère pas trop un vendredi ou samedi soir… Mais tu fais tout de même appel à eux car bien moins cher qu’un taxi.

Au Royaume-Uni, le système est tout simplement l’opposé. Les prix sont raisonnables, les chauffeurs sont agréables et seront pratiquement toujours causants. Et tu trouveras trèèèès facilement un taxi. Etant un moyen simple, rapide et pas cher de se déplacer, la flotte de véhicules est donc très importante dans chaque ville.
Uber existe également mais la mentalité n’est pas la même qu’en France. Les chauffeurs sont moins nombreux que les taxis dans la plupart des villes, et les tarifs, comme en France, varient en fonction de la demande. Les taxis britanniques eux, auront toujours les mêmes tarifs peu importe la demande. Tu empruntes généralement Uber au Royaume-Uni quand tu n’as pas d’autre solution. Un soir de match, tous les taxis sont pris d’assaut et tu as des heures d’attente. Les prix seront plus élevés car forte demande mais tant pis, tu veux rentrer chez toi. Le service est identique qu’en France aujourd’hui, même si le chauffeur est plus respectueux (cela reste un Brit’).
Comme en France aussi, tu pourras payer en cash (sauf Uber, l’appli est la même) ou payer en CB (il existe aussi de plus en plus d’appli créées par les différentes compagnies de taxi dans chaque ville).

La suite: Les Motos.

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.