L’arrivée chaotique

Pour mon arrivée, je ne détaillerai pas ici tout mon récit de mon installation au Royaume-Uni. Tu pourras le retrouver dans la partie adéquate. Je vais réellement me concentrer sur mon expérience de V.I.E. (et non d’expat’ en général).

Le 1er était un Samedi (Business France te fait quasiment toujours commencer le 1er du mois). Je commençais le V.I.E. le lundi 3. Juste 2 jours pour prendre quelques repères dans la ville et m’orienter dans les transports en commun (et dépoussiérer mon anglais).

Mon intégration fut chaotique. Tellement. Le désarroi. La déception… Ca donne le ton hein?! 😉

Si tu ne souhaites pas tout lire, laisse moi te donner ce résumé un peu brut:
1er jour: Equipe RH pas là pour m’accueillir
1 semaine pour avoir mon badge me permettant de circuler sur le site (toilettes comprises)
10 jours pour avoir mon PC et mon tél, et accès au dossier partagé des RH sur le site.
3 semaines pour avoir une adresse mail (beh vi j’avais un pc mais pas de mail)
5 mois pour avoir accès à l’intranet et aux outils RH (ouais ouais, les outils RH, tu as bien lu… Mon outil de travail quoi! 5 mois!)
6 mois pour recevoir le remboursement de mes frais de voyage (je rappelle que je n’ai pas de salaire et juste une indemnité qui ne me permet pas de voyager mais seulement de payer le loyer et la bouffe?!)
Et tout au long de mon V.I.E., je me suis battu tous les jours pour clarifier mon poste et réclamer des missions auprès de chaque collègue que j’ai pu croiser… C’était épuisant.
Je te rassure, j’ai réussi à développer mes compétences aussi, pas aussi intensément que je le pensais. Mais j’ai aussi pu développer mon réseau et apprendre des nouvelles méthodes de travail.

Si tu souhaites avoir plus de détails, laisse-moi te raconter mon histoire…

(Ah mais tu lis vraiment! Curieux va!)

J’avais reçu un mail de l’assistante RH, ma future collègue, la semaine précédent mon 1er jour, pour m’annoncer que tout était prêt et que l’équipe m’attendait avec impatience. C’était top !

Démarrons avec mon merveilleux mois de Juillet (tu sens l’ironie???)

Lundi matin, je reçois un message de ma chef qui m’annonce qu’elle a dû partir au Siege, en France, et qu’elle ne pourra pas être là pour mon 1er jour mais qu’elle me souhaitait une excellente arrivée. Bon, pas grave, je la verrai demain, me dis-je.
8h30: je suis à la réception de ce grand campus orné des 6 lettres géantes qui composent le nom de cette société française. La décoration est sobre mais reste imposante. Apres tout, ils ne vendent pas des photocopieurs (j’ai rien contre eux, ça reste encore utile aujourd’hui) mais principalement des avions, hélicoptères et satellites. Les images 3D sur les murs font un p’tit quelque chose quand même.
Mais l’excitation redescend. La réceptionniste m’annonce que non, il n’y a aucune Matinée d’Intégration ce jour-ci. J’y reviendrai plus tard, mais cette Matinée est cruciale car tu reçois ton brief Sécurité, ton badge, tes accès, tout. Rien ne peut être remis avant que tu reçoives et approuves les informations liées à la Sécurité. Je ne détaillerai rien sur ce campus, mais disons que les visites de courtoisie n’y sont pas autorisées et qu’il est bien complexe d’organiser une visite scolaire 😉
Bref, je suis devant la réceptionniste et je demande alors qu’on appelle le service RH pour qu’on vienne me chercher. Beh, j’ai pas de badge dis! Et je ne suis venu qu’une fois.
J’ai attendu 40 min avant qu’un RH décroche et vienne me chercher. 40 min… C’est long. Oui parce qu’en fait ma chef n’était pas là et l’assistante avait pris un jour de congé à la dernière minute. Le responsable RH, que j’avais rencontré pendant mon entretien, vient enfin me chercher, me fait un tour du site, et m’emmène au bureau RH où il m’annonce qu’il ne pourra pas rester plus longtemps avec moi. L’équipe RH est petite. Ils sont 4. Fais le calcul…il reste une seule personne dont je n’ai pas parlé. Une autre Responsable RH, qui m’accueille avec un grand sourire mais qui ne savait pas que j’arrivais aujourd’hui, et qui n’est pas au courant de mes missions. Je n’ai rien à faire. Je ne connais pas mon planning. Pas de PC. Pas de badge pour circuler et rencontrer les managers… Heureusement, cette RRH était cool et j’ai pu la suivre cette journée pendant ses rendez-vous.

Le lendemain, ma chef et l’assistante étaient là. Mon intégration pouvait commencer. Oui mais voilà… La galère ne se stoppe pas. L’assistante m’indique que les Brief Sécurité n’ont lieu qu’une fois par semaine, le lundi. Je dois attendre une semaine pour participer à la suivante. Donc pas de badge, pas de PC, etc. La semaine va être cool…ah oui je ne t’ai pas dit. Je ne peux même pas aller aux toilettes sans badge !!!
Mais ce n’est pas fini. Ma chef prévoit un rendez-vous et m’annonce que depuis le 1er Juillet, le nouveau PDG a lancé une nouvelle organisation. Cela change la façon de travailler, et pour te la faire courte, la nouvelle organisation modifie le périmètre des RH et leurs responsabilités. En 2 mois, attendant le contrat de BF, la boite a donc filé mon job à quelqu’un d’autre! Sympa l’arrivée non? Mais ma chef me rassure et me dit que désormais, avec cette orga, il serait plus simple pour moi de me rapprocher des autres RRH et d’avoir ainsi un poste encore plus global sur plusieurs business lines. Ok, ça me semble cool quand même, mais j’étais déçu de ce revirement de situation bien entendu. J’avais jamais vu un tel bordel pour un nouvel arrivé. Plus d’un se serait cassé ou se serait plaint auprès de BF (ce qui ne sert à rien puisqu’ils ne bougent absolument pas le petit doigt lorsque tu as un souci avec l’employeur…).

Pendant ce mois de Juillet, j’ai continue les galères. Le process de recrutement sur mon poste n’était pas réalisé correctement donc le service informatique ne pouvait pas m’affecter mon matos. J’ai passé 10 jours à lire des trucs. Des présentations de l’entreprise, des départements, des produits, etc. Autant te dire que j’en avais plein le … Que j’étais fatigué de lire.

Entre Juillet et Novembre, mon temps fut partagé entre résoudre mes problèmes d’accès informatiques (50% quand même) et le soutien sur des problématiques RH opérationnelles ou sur des projets nationaux et/ou européens.

Mais pourquoi ces problèmes d’accès??? Laisse-moi te notifier plusieurs choses.

Premièrement, je travaille pour une entreprise opérant dans un secteur sensible, qui se doit de protéger ses produits contre les activités malveillantes.
Je travaille pour une division spécialisée dans la Défense. Le dernier mot te révèle un degré de sécurité supplémentaire. Et je travaille ensuite dans un campus gouvernemental. Il n’appartient pas à cette société privée.
Je suis donc un V.I.E., qui ne peut pas être considéré comme employé grâce à la nouvelle organisation. Je suis donc étranger/externe à la société. Je suis Français travaillant dans une branche ultra-sécurisée dans un campus où la plupart des ingénieurs ne travaillent que sur des projets réservés au gouvernement britannique (seules les personnes ayant la nationalité britannique sont autorisées à circuler dans certaines parties du campus et à avoir accès à ces projets). Tu le vois le bordel sécurisé dans lequel je ne rentre dans aucune case?! Et où tous les process Sécurité ont une raison de me foutre dehors et de me refuser un quelconque accès?!
Et puis, depuis le 1er juillet et cette fameuse nouvelle organisation, l’entreprise en a profité pour modifier le statut de V.I.E. au sein de l’organisation. Avant, les V.I.E. étaient assimilés salariés et avaient les mêmes accès qu’un salarié permanent (badge, IT, outils, etc.). Juste pas les mêmes avantages en nature, mais ça tu le sais déjà parce que tu as lu toute ma description sur le Contrat V.I.E.
Avec la nouvelle orga, les fabuleuses têtes pensantes ont oublié le statut de V.I.E. Oui, oui…oublié. Tout simplement. Je l’ai appris à mes dépends, plusieurs semaines après mon arrivée, pendant que je tentais de résoudre mes problèmes d’accès. Dans une grosse multinationale comme celle-ci, chacun suit ses process et ne prend pas d’initiatives personnelles. Surtout lorsqu’un inconnu demande des accès à des infos/outils internes dans la branche la plus sécurisée de l’organisation. Alors comment résoudre ce bazar impressionnant lorsque tu te rends compte que tu n’es plus assimilé salarié mais que tu es externe à l’entreprise et que tu dois recommencer toutes les demandes d’accès en suivant un process bien plus lourd pour les externes. Mais tu ne rentres même pas dans un seul process pour les externes. Car le V.I.E. fut oublié! Il n’a même pas été transféré sur un statut externe. Tu es juste inexistant. Ne rentrant dans aucune case. Entouré de personnes très sympathiques mais refusant de t’aider car elles ne savent pas comment faire sans contourner les règles.
J’ai dû résoudre mes problèmes seuls. Créant mes propres process et tentant de comprendre chaque étape de chaque process afin de contacter chaque personne en charge de chaque tache afin de lui faire faire un petit contournement de règle. Personne n’est entièrement responsable et, au final, j’ai eu mes outils, mes accès.
Avec cet « oubli », j’ai dû aussi « harceler » les services financiers pendant 6 mois pour avoir le remboursement de mes frais de déplacements professionnels, qui s’accumulaient au fur et à mesure du temps passé au sein de l’entreprise…vivant sur mes réserves car l’indemnité ne me suffisait pour payer mon loyer, mes charges…et avancer tous les déplacements professionnels. Une honte…

Et mois après mois, je tentais désespérément de me faire une place qui n’existait pas au sein de l’organisation, car j’occupais un poste fantôme. Ben oui, mon poste avait été filé à quelqu’un et aucun de mes responsables n’a tenu à construire une nouvelle position avec moi. Pas simple donc de se faire connaitre auprès de ses collègues quand tu n’as pas officiellement de poste (et dans cette société, le titre apporte beaucoup de valeur à l’individu).
Et pas simple de demander du boulot non plus quand la plupart de tes collègues sont éparpillés sur tout le UK et qu’ils ne pensent pas à toi quand ils ont besoin d’aide. Mais je ne pouvais pas leur en vouloir. On a beau être dans une ère digitale, l’être humain demande de l’aide aux personnes qu’il a autour de lui. Et non à plusieurs centaines de kilomètres. C’est humain. Si j’avais un poste bien défini et une expertise reconnue au sein de l’orga, oui. Mais dans mon cas, ben non, je venais d’arriver.

Quelle image. Quelle bonne image donnée à un nouveau membre d’une organisation. Quel programme d’intégration digne d’une entreprise comme celle-ci. Je ne parle pas d’une start-up qui n’a pas les ressources humaines ou matérielles/immatérielles d’organiser tout ça. Je parle tout de même d’une multinationale de plusieurs centaines de milliers de personnes, de services RH bien remplis, qui accueille des ressources V.I.E. depuis de très nombreuses années!!! Quelle déception quand tu te rends compte que l’organisation tout entière n’est qu’une blague et ne tient debout uniquement grâce à ses salaries motivés et passionnés. Navigant entre des process futiles, tremblants et dépassés. Quelle déception quand tu rêvais de bosser pour une telle société et que tu te rends compte du bordel que c’est.

Je pouvais partir en même temps. L’arrêt d’un V.I.E. lorsque les missions ne correspondent pas à la description du poste est un motif valable de rupture. Je pouvais abandonner. Techniquement. Sur le papier je pouvais le faire. J’étais fatigué de résoudre mes problèmes à la place des services concernés. Fatigué de demander des missions un peu partout. Fatigué du manque de considération de mon statut et de mes managers.

Clique ici pour revenir au Menu Expérience V.I.E.

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.