Le Rapatriement des Marins pendant la Crise Covid-19: Défis

Quels sont les défis du rapatriement des marins pendant la crise COVID-19? Que se passe-t-il en mer? Quelle est ta mission précisément? La crise a débuté en Mars et tous les passagers sont immédiatement rentrés chez eux. Pourquoi es-tu toujours en train de rapatrier des membres d’équipage en Août, 5 mois plus tard?! Quelles sont les difficultés?

 

¡Holá!

Après avoir lu les précédents articles, tu es parfaitement au courant que je suis de retour à bord d’un navire de croisière pour une nouvelle mission: le rapatriement des membres d’équipage.

Laisse-moi te donner un rapide aperçu et t’expliquer pourquoi les marins des navires de croisière représentent la population la plus difficile à rapatrier. (Les navires marchands, les touristes et les résidents c’est du gâteau à côté 😉 ).

CDC & La Situation du navire

Il s’agit de l’élément le plus important à prendre en considération dans le rapatriement de l’équipage.

Contexte

Pour te donner un peu de contexte, mise à part certains croisiéristes et certains navires, la plupart des bateaux de croisière opèrent dans les eaux américaines. Le CDC (Centers for Disease Control – l’équivalent de notre Agence Régionale de Santé en France) a déclaré une Interdiction de Naviguer dans les eaux américaines. Ceci après avoir réalisé que les Etats-Unis n’étaient pas en bonne posture face au coronavirus et que celui-ci se « baladait » sans aucun contrôle dans le pays. Cela veut dire que les navires de croisière eurent l’obligation de débarquer tous les passagers en Mars et ne peuvent organiser aucune croisière dans les eaux américaines pendant cette Interdiction.
Depuis, le CDC a demandé aux sociétés de croisière de mettre en place un plan sanitaire. (En gros, mesure de quarantaine, distanciation sociale, masques, fermeture des attractions, bars, etc., et réorganisation des différents métiers à bord). L’organisation américaine doit également analyser ces plans et faire en sorte qu’ils soient respectés. Selon les solutions apportées dans ces plans et le nombre actif de cas de covid, le CDC attribuera un code couleur à chaque navire. Tu peux obtenir plus d’informations et plus de détails en cliquant ici (lien en anglais).

Code Couleur

Ces couleurs sont très importantes. Elles autorisent aux navires de débarquer, ou non, les membres d’équipage dans les ports amériains. Les couleurs permettent également aux croisiéristes de travailler avec les compagnies aériennes.
En toute simplicité, ROUGE n’est pas bon signe. Tu ne peux pas débarquer ton équipage et les compagnies aériennes ne veulent pas travailler avec toi. Et si tu les contactes, tu dois débourser un max de thune afin d’organiser des vols charter.
VERT représente le trophée. Tu peux débarquer l’équipage dans les ports américains et réserver des vols commerciaux. Le rapatriement est tellement plus facile.

Le truc, c’est que, quand ils ont commencé avec leur code couleur, tu n’avais aucune idée de quand ton plan allait être revu par le CDC. Il n’y avait aucun délai de fixé and le CDC ignorait purement et simplement tout appel et email. Alors, la seule chose à faire est… D’attendre.

Certaines sociétés de croisière ont alors décidé de quitter les eaux américaines et de ne pas y retourner. En tout cas, pas pour l’instant. Elles ont compris que le rapatriement allait prendre du temps. Et qu’il était impossible d’anticiper le moment où nous pourrions à nouveau accepter des passagers. Tu te souviens de la photo que j’ai montré dans un article précédent avec tous les navires à Manille: Journée des Gens de Mer?
Toutefois, cela ne signifie pas que ces entreprises en ont fini avec le rapatriement parce qu’elles ont adopté une stratégie différente. Elles galèrent encore. Tu comprendras pourquoi quand je te parlerai des gouverments. Par contre, elles n’ont pas à gérer ce code couleur.

Passeports et Visas

Petit fait bien marrant… Les classiques restrictions de voyage sont toujours en application pendant la crise COVID-19. La plupart des gouvernements n’ont pas pris le temps de négocier entre eux pour faciliter le rapatriement.

Ainsi, lorsque tu réussis finalement à obtenir un vol commercial, tu dois aussi vérifier que tu as toujours un passeport valide et le bon visa. Tu vas voir après que ce n’est pas si simple… 🙁

Tu dois probablement penser « et bien, les gouvernements peuvent sans doute faire quelques exceptions. » Nan. Pas vraiment. Seulement quelques gouvernements ont laissé tomber certaines restrictions pendant la pandémie. La plupart ont gardé les mêmes règles et en ont rajouté quelques-unes s’adaptant à la situation, comme suspendre tous les visas touristes.

Les Compagnies Aériennes

Parce qu’avec la crise actuelle, les compagnies aériennes ont aussi été sérieusement impacté!

Le traffic aérien a radicalement diminué. Et les compagnies n’ont pas nécessairement envie de réouvrir toutes les routes dans l’immédiat, selon la situation de chaque pays. Tu peux être en VERT mais ne pas trouver de vol disponible, qui correspond aux restrictions de ton passeport (et de tes visas en cours de validité).

Egalement, tu dois prendre en considération un autre élément lorsque tu recherches des billets. Tu peux penser que c’est injuste ou même répugnant, mais il s’agit d’économie très basique. Comme les compagnies aériennes ont fait face à de sérieuses pertes de profit, certaines d’entre elles décident de mettre en vente certains billets sur certaines routes, sur des sites Internet de réservation publics, comme Skyscanner ou Kayak ou Expedia. Toutefois, quand tu réserves ton billet et le paye, tu réalises quelques jours plus tard que le vol est annulé et que la compagnie te donnera un autre billet plus tard. Les compagnies renflouent leur trésorerie et mettent un peu d’argent en banque.
Heureusement, les croisières réservent les billets pour leur équipage et, bien entendu, n’utilisent pas des sites publics, seulement des agences de voyage privées. Le risque d’annulation est très faible (mais il existe quand même et j’ai du y faire face plusieurs fois).

Les Gouvernements

Maintenant, je vais te parler d’une pièce maîtresse de ce puzzle: les gouvernements.
Ils sont perdus.

Ils n’ont jamais face face à ce genre de situation alors la désorganisation est totale.
Quand ils prennent des décisions logiques, la population est trop stupide pour utiliser toute logique ou sens commun, et ainsi appliquer les règles.
Certains gouvernements ont décidé de complètement fermer le pays. Pas juste, fermer les frontières pour les touristes et ainsi tenter de rapatrier les citoyens, comme beaucoup de pays ont fait. Non… Fermer simplement les frontières pour tout le monde. Les citoyens ne peuvent pas rentrer chez eux.
Parfois, les frontières ouvrent et ferment à nouveau quelques jours/semaines plus tard, nous forceant à annuler les plans de voyage.

Certains gouvernements doivent également gérer des problèmes internes politiques, et le coronavirus n’aide vraiment pas. Les populations sont en colère et cela crée beaucoup de confusion dans certains pays. Pour nous, bien sûr, nous ne pouvons pas envoyer un marin chez lui/elle si son pays est trop dangereux. L’équipage est à l’abri à bord et il est préférable de les garder dans un environnement sécurisé (et ils sont tous d’accord avec ça!).

Le meilleur exemple que je peux te donner c’est le Vénézuéla. Le pays est partagé entre 2 gouvernements qui ne sont pas reconnus par les mêmes pays parmi la communauté internationale… Forcément, ça commence mal!
Le pays est fermé. Totalement fermé. J’ai même demandé aux ambassades de m’aider étant donné que j’ai quelques citoyens à bord et que je ne trouve aucune solution possible pour les rapatrier. L’ambassadeur m’a simplement répondu que le pays est fermé jusqu’à Décembre et de prendre soin des marins coincés à bord. Woaw! Je fus très admiratif de ce sens des responsabilités exemplaire…..

L'Argent

C’est triste, mais cela fait aussi partie de l’équation maintenant.
Au début, les sociétés de croisière se moquaient de l’argent et saisissaient chaque opportunité de rapatrier leur équipage.
Aujourd’hui, après 5-6 mois sans revenu, les croisiéristes sont dans le pétrin. Certaines entreprises ont déjà mis au chômage (non rémunéré) beaucoup d’employés, voire même licencié certains, la plupart bossant dans bureaux sur terre.
Bien évdemment, nous n’arrêterons pas de rapatrier l’équipage. C’est juste que si nous pouvons, nous attendrons quelques jours pour réserver un vol commercial plus abordable plutôt que le premier qui nous tombe sous la main.

Test COVID-19

Tu dois aussi anticiper les exigences de certains pays et compagnies aériennes qui souhaitent que les voyageurs soient testés au Covid-19. Donc, tu dois tester le marin, envoyer le test à un laboratoire, attendre le résultat et organiser le voyage, A TEMPS! Vu que tu ne peux pas tester le marin 2 semaines avant le voyage, il doit être effectué entre 1 semaine et 72 heures précédant le départ.
Je suppose qu’il est inutile de te rappeler que les tests ne sont toujours pas top et que les résultats peuvent revenir en 24 heures… 72 heures… Ou parfois en 7 jours… Plutôt un cauchemar pour tout organiser!

En conclusion

Si tu opères dans les eaux américaines, tu dois avoir le statut VERT pour accéder aux vols commerciaux, qui sont bien moins cher que les vols charter. Après plusieurs mois sans revenu, il est bien évidemment conseiller de chercher les options plus rentables.
De plus, tu dois aussi prendre en considération les restrictions de chaque passeport, les besoins en visa, les disponibilités des vols et les exigences des compagnies aériennes. La logistique du test Covid-19… La situation politique dans le pays, etc.

Ce n’est définitivement pas un processus simple, tu peux me croire!

Bien, maintenant tu connais les difficultés pour l’équipage. Les défis de ma mission. Le plus important, tu es au courant de ce que les marins ont traversé. (Et c’est toujours un problème existant pour beaucoup d’entre eux encore aujourd’hui).

« Hé! Attends une minute!…. Le titre de ton article mentionne les « défis », donc je suppose qu’il va y avoir un article où tu partages les succès, n’est-ce pas? »

Tiens, tiens, tiens… Tu es un lecteur hors pair! C’est tout à fait juste. Juste, laisse-moi un peu de temps pour organiser les photos prises et je serai près pour te montrer tous nos succès 😉

Langages

  • English
  • Français

Abonne toi pour recevoir tous les nouveaux articles !

Loading

L'auteur est un officier d'un navire de croisière et adore voyager autour du monde. Il a commencé son aventure en expatriation en 2016. Il est passionné par l'apprentissage de nouvelles cultures, par la cuisine locale et la bière (locale aussi!). *Avertissement: les opinions exprimées sont uniquement les miennes et n'expriment pas les points de vue ou les opinions de mon employeur actuel ou de mes anciens employeurs.*

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.