Le Mal des Transports

Bonjour le Monde!

Aujourd’hui, parlons du mal des transports. Aaaaaah! Je saais que tu attendais ce sujet.

C’est en fait la première question que tu m’as posé quand je t’ai dit que j’allais devenir marin.
« Mais as-tu le mal de mer? Parce que si tu ne sais pas et que tu as le mal de mer, se serait un peu dommage de t’en rendre compte une fois en mer. »

Laisse-moi te dire quelque chose que j’ai appris auprès du corps médical: « tout le monde peut avoir le mal de mer ».

Le mal des transports est un terme global. Lorsque tu es sur un bateau, dans un avion, un train, une voiture, etc. Je ne suis pas docteur alors je ne peux pas expliquer les détails et phénomènes (et Google t’aidera toujours par ailleurs) mais le mal des transports survient à cause de ton oreille interne.
Le mouvement perturbe tes sens, et tu te sens malade.

Tout le monde peut être malade. Même les marins expérimentés. Pendant une violente tempête, le mouvement est intense et ton corps peut être complètement déboussolé. Et tu es malade.

Que t’arrive-t-il lorsque tu es malade? Encore une fois… Cela dépend de l’individu.

Tu as un mal de tête, le tournis. Tu perds l’appétit. Tu vomis. Tu es en sueur, etc.

« Mais… Enfin. On veut savoir. Tu as été malade? ^^ »

Ouep! Une fois! Et je ne ressens aucune honte.

J’ai débuté ma carrière en mer sur un navire faisant un seul trajet: Etats-Unis-Mexique-Nicaragua-Panama-Costa Rica-Bahamas.

Proche de la côte, l’eau est calme. Particulièrement aux Etat-Unis et au Mexique.

Alors j’étais confiant. Je ne me suis jamais senti bizarre. « Trop bien, je suis désormais certain de ne pas avoir le mal de mer! »

Toutefois… Suite à une contrainte opérationnelle, j’ai du changer de navire. J’ai rejoint le prochain bateau à Hawaï et l’itinéraire devait rejoindre le continent américain.

Et bien, laisse-moi te dire que lorsque tu t’éloignes des côtes, l’Océan Pacifique n’est pas vraiment amical.

J’ai commencé à me sentir malade. Mal de tête le 1er jour. Tout tournait autour de moi. J’ai perdu l’appétit. J’ai cru que c’était normal. Les eaux étaient différentes. J’avais juste besoin de m’y faire.

Je n’ai rien dit. J’avais peur d’avoir réellement le mal de mer et que les personnes se moquent de moi.

Toutefois, le lendemain, c’était encore pire… Je ne pouvais pas me concentrer, et j’étais malade. J’ai vomi une fois and ne pouvais plus manger. J’ai dû aller voir l’équipe médicale et leur en parler.

Et c’est ainsi que j’ai découvert que tout le monde pouvait avoir le mal des transports. J’ai aussi discuté avec mes collègues car ils avaient remarqué ma perte d’appétit. J’avais honte de l’admettre.

Je t’ai dit dans un article précédent que les gens étaient géniaux. Et bien je le confirme à nouveau. Mes collègues m’ont vraiment supporté. On ne parle pas du mal des transports sur un navire mais tout le monde admet facilement qu’ils puissent être un peu malade de temps en temps sur l’Océan Pacifique. C’est normal. Pas de honte à avoir.

Tous les centres médicaux possèdent des médicaments contre le mal des transports. Tu le prends quand tu te réveilles et tu ne te sens pas malade. Super! Par contre, le médicament t’endort un peu… Pas idéal pour se concentrer. Mais au moins, tu n’es plus malade.

Pour conclure, le mal des transports est une réalité sur les bateaux de croisière. On n’en parle pas mais tout le monde fut malade au moins une fois. Et cela peut affecter n’importe qui, n’importe quand.

Après tout, les vrais marins sont une minorité sur un navire de croisière. La plupart de l’équipage est constitué d’agents de nettoyage, cuisiniers, etc.
Les personnes sont nées et élevées sur terre, souhaitant se rendre en mer pour se faire de l’argent. Donc une large majorité est sensible aux mouvements du navire.

Mais de t’en fais pas, je suis désormais autour du Mexique et c’est calme et magnifique. Je serai de retour à Hawaï dans quelques mois… 🙂

Kevin

Depuis Manzanillo, Mexique

Langages

Abonne toi pour recevoir tous les nouveaux articles !

Loading

L'auteur est un officier d'un navire de croisière et adore voyager autour du monde. Il a commencé son aventure en expatriation en 2016. Il est passionné par l'apprentissage de nouvelles cultures, par la cuisine locale et la bière (locale aussi!). *Avertissement: les opinions exprimées sont uniquement les miennes et n'expriment pas les points de vue ou les opinions de mon employeur actuel ou de mes anciens employeurs.*

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.